Coût du crédit : le taux directeur de la BCE reste à 0,75 %

par

Coût du crédit : le taux directeur de la BCE reste à 0,75 %

La BCE, par l’intermédiaire de son président Mario Dragi a fait savoir la semaine dernière qu’elle garde son taux directeur à son niveau actuel de 0,75 %. Une décision qui a déçu les économistes qui s’attendaient plutôt à des mesures destinées à aider les pays du continent en crise.

Pas de changement sur les taux de la BCE

Emboîtant le pas à la banque du Canada, la BCE a déclaré à l’occasion de sa réunion du mois d’octobre axée sur sa politique monétaire qu’elle maintient son taux directeur à son niveau actuel, c’est-à-dire 0,75 %. L’autorité monétaire européenne indique également que les banques continueront à placer leurs avoirs dans ses caisses au taux de 0 % alors que les professionnels du secteur de la finance s’attendaient à un taux négatif. Le Président Mario Draghi a affirmé au passage que les institutions financières qui contractent des prêts auprès de la Banque centrale européenne en dehors des transactions habituelles de refinancement rembourseront leurs dettes au prix de 1,5 %.

La BCE défend sa position

Si la BCE ne se presse pas de diminuer son taux directeur, qui, il faut le noter, est déjà à un niveau jugé très bas, c’est qu’elle a ses raisons. Le grand argentier de l’Europe explique que le taux d’inflation devrait grimper cette année à plus de 2 % dans la zone avant d’amorcer une baisse en 2013. Mario Draghi se montre pessimiste quant aux perspectives économiques du grand continent qui devrait enregistrer une faible expansion. Le numéro un de la Banque centrale européenne exhorte ainsi les États membres à lutter contre les déséquilibres structurels et budgétaires.

Possibilité de baisse du taux directeur en décembre

Malgré l’insistance de l’autorité monétaire de l’UE, l’économiste de la société Natixis, Cédric Thellier avance qu’avec la dégradation de la conjoncture économique dans la zone euro, celle-ci sera contrainte de revoir son taux à la baisse. Ce technicien prédit que cette diminution pourrait avoir lieu à la fin de cette année lorsque l’institution procédera à la correction de ses estimations de croissance pour l’année 2013. Les investisseurs attendent donc une nouvelle concession de la Banque centrale européenne qui, il faut le rappeler, a déjà allégé le mois dernier ses conditions de crédit.

Articles similaires

Partagez

Déposer un commentaire

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire.