Le crédit d’impôt à l’horizon 2018

par

Les résultats d’une étude effectuée par l’OFCE ou Observatoire français des conjonctures économiques concernant le crédit d’impôt censé augmenter la compétitivité des entreprises ont été publiés lundi.

Analyse sur cinq années

L’auteur de l’étude, l’économiste Mathieu Plane, a annoncé dans la publication des résultats de l’impact du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi sur l’économie diffèrera avec le temps. Pour 2013, l’économiste mise sur des impacts positifs du fait de la réduction des dépenses publiques ainsi que des hausses de prélèvements qui ne seront pas appliqués avant 2014. Cette année, une croissance de 0,2 % est donc attendue. En 2014, cette même croissance sera freinée par la hausse de TVA, l’introduction d’une fiscalité écologique ainsi que l’instauration d’un financement du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi.

Les ménages français seront contraints de réduire leur consommation en raison de la baisse du pouvoir d’achat. Entre 2015 et 2016, cette croissance s’avèrera négative sur fond de la perte de pouvoir d’achat directement ressentie. Le crédit d’impôt pour la compétitivité des entreprises n’aura donc les effets positifs attendus qu’à plus long terme. Il faudra effectivement attendre que les entreprises françaises qui pâtissent encore de la crise économique mondiale redressent le déficit commercial de la France. Pour cela, l’exportation devra être privilégiée et les entreprises devront importer moins. L’étude révèle alors qu’il faudra attendre quatre à cinq ans pour espérer compenser les impacts négatifs par les impacts positifs.

 

Gros plan sur le CICE

Avec un taux de chômage qui n’arrête pas de croître (et le nombre de procédures de surendettement initiées en France), le gouvernement a mis en place plusieurs mesures qui permettront de redresser l’économie nationale. Parmi ces mesures, le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi ou CICE a été mis en vigueur le 1er janvier dernier. Sous forme de réduction d’impôt soldée en 2014 au titre de l’exercice 2013, cette réduction de cotisations sociales s’adresse à toutes entreprises qui emploient des salariés qu’elles soient soumises à l’impôt sur le revenu ou IR ou à l’impôt sur les sociétés ou IS.

Le CICE a pour objectif de financer l’amélioration de compétitivité des entreprises en matière de reconstitution de fonds de roulement, d’investissement, de recherche, d’innovation, de recrutement, de formation et de prospection de nouveaux marchés. Il sera versé à hauteur de 4 % en 2013 et à 6 % pour les années qui suivent. Ceci contribuerait à la réduction du coût du travail en France, à hauteur de 20 milliards d’euros d’ici 2015. L’étude de l’OFCE annonce la création de 152 000 nouveaux emplois en 2018 grâce à cette mesure, relative à une réduction du taux de chômage de 0,6 %.

Articles similaires

Tags

Partagez

Déposer un commentaire

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire.